Adhésif n°5 : Strasbourg, capitale des vœux... pieux !
21 janvier 2008 — adhésif & brique

La municipalité nous bassine à force de « Strasbourg capitale... » : de Noël, bien sûr ; du vélo, ce n’est plus vrai ; de l’Europe, c’est contesté ; de l’écomobilité, du flan ; de la vidéosurveillance, sans avoir jamais demandé notre avis. Par bonheur, nous avons échappé à la « capitale européenne de la culture » !

Vous pensez que le sommet est atteint ? Oh que nenni... Strasbourg mérite, aujourd’hui plus que jamais, de voir hissé toujours plus haut l’étendard de sa splendeur, aux yeux de la France, de l’Europe, et bien évidemment du monde entier ! C’est pourquoi nos décideurs réfléchissent déjà à de nouveaux slogans, encore plus percutants...

En 2008, Strasbourg sera...

  • Capitale des trottoirs bien pratiques pour garer son auto ;
  • Capitale des tandems à moteur ;
  • Capitale des places publiques où y’a plus de place ;
  • Capitale du journalisme local qui en a ;
  • Capitale des soleils de la culture, maintenant au Zénith ;
  • Capitale des poètes engagés : ah, Francis Lalanne ! ;
  • Capitale des inaugurations d’extension de lignes de tram tous les mois ;
  • Capitale de l’overdose municipalo-propagandesque ;
  • Capitale des galeries marchandes au lieu du soutien au petit commerce ;
  • Capitale de la reconduite à la frontière et du sens du partage ;
  • Capitale des nouvelles rocades à gogo et des pistes cyclables bidons ;
  • Capitale des SDF devenus hommes invisibles ;
  • Capitale des villes ceinturées de champs de maïs ;
  • Capitale des yeux qui nous regardent et nous regardons ailleurs ;
  • Capitale des capitales où normalement il devrait pas faire ce temps-là à cette saison ;
  • Capitale des pics de pollution en été et des pics de pollution en hiver ;
  • Capitale des Mickeys qu’ont des bretzels à la place des oreilles ;
  • Capitale des pieds qui vont plus vite que les trams qui zigzaguent et s’arrêtent devant les autos ;
  • Capitale du gris repeint en vert : discours écolo, politique pro-auto ;
  • Capitale des loyers chers et après tout ça fait un centre-ville plus présentable ;
  • Capitale des villes où les minarets, c’est moche parce que ce n’est pas du moche local ;
  • Capitale du grès des Vosges made in China...

Strasbourg, capitale de tout et surtout de n’importe quoi !

Et pourtant, nous les habitants du quotidien de Strasbourg, nous aimerions bien d’une ville moins capitale, plus humble peut-être, avec ses petits bonheurs, ses petites rencontres, ses petits bonjours, ses petits plaisirs, ses petites choses qui sont énormes, ses petits ruisseaux...

Et si en 2008, Strasbourg allait avec...

  • Repas de quartiers ;
  • Reflets sur l’eau ;
  • Bons bouquins et frometon ;
  • Manifestants qui sourient ;
  • Yaourts du marché ;
  • Enfants qui en sont encore et ceux qui n’en sont plus ;
  • Amoureux qui se bécottent ;
  • Montagnes pas loin ;
  • Arbres au printemps ;
  • Zones oubliées des urbanistes ;
  • Fois où on sort du ciné et en même temps on est encore dedans ;
  • Oiseaux qui chantent malgré tout ;
  • Tas de feuilles en automne ;
  • Jeux dans la rue ;
  • Routes au goudron plein de fissures qui forment des monstres ou des cartes de pays ;
  • Nuages d’étourneaux ;
  • Copines et copains qui en sont ;
  • Petites rues près desquelles on passe tous les jours et qu’on n’a même jamais empruntées ;
  • Derniers feux du soleil le soir sur la cathédrale ;
  • Cheminées qui fument sous la lune ;
  • Pics noirs dans les parcs ;
  • Herbes folles qui naissent entre les pavés ;
  • Des idées qui germent en silence dans les quartiers ;
  • Des listes d’idées qui devraient jamais s’arrêter...

Strasbourg, capitale des petits riens ?

Gaëtan & Nicolas

N’hésitez pas à compléter ces deux listes en nous contactant ! Retrouvez cet Adhésif en version imprimable, ainsi que tous les autres numéros : L’Adhésif, le journal qui vous scotche !